Derrière ses yeux bleus et son généreux sourire, bat le cœur de Maryvonne. Et du cœur, elle en met à l’ouvrage quand elle cuisine ses légendaires gâteaux maison qu’elle glisse depuis 10 ans et discrètement dans le sac à dos d’accompagnateurs en montagne du Haut-Giffre.
83 printemps pour cette belle âme d’ici, bienveillante, et bien vaillante quand il s’agit de grimper sur les sentiers de la vallée en compagnie des randonneurs gourmands à qui elle réserve ses trésors.
Le cake de Maryvonne, c’est la cerise sur la rando !

Quand on lui demande de se raconter, Maryvonne commence par son métier. Des années durant, elle ne les a pas comptées, elle est femme de chambre, toute dévouée à faire le bien des vacanciers aux côtés de la famille Deffaugt à l’hôtel Neige et Roc à Samoëns ;  comme sa famille.
« Mes patrons étaient gentils, aujourd’hui je téléphone tous les jours au papy » nous confie-t-elle. Alors on comprend que cette femme généreuse renferme derrière son pull en polaire un cœur bien ouvert.
Et si elle mettait du cœur à l’ouvrage dans son travail, elle en met autant dans les gâteaux qu’elle cuisine pour ses « chouchous » comme elle les nomme ; des guides du Haut-Giffre à qui elle glisse un gâteau dans le sac à dos quand ils partent accompagner des randos.
Un cadeau et une jolie surprise pour les randonneurs qui goûtent ainsi non seulement à la splendeur des montagnes du Haut-Giffre mais aussi aux saveurs de douceurs maison.
« Ils n’ont qu’à m’appeler et hop je leur fais un gâteau. Tout a commencé avec Yannick et Pablo» dit-elle.
Elle régale aussi ses voisins, isolés ou malades, et les enfants.
« Tu n’auras qu’à mettre ta boite dehors et je saurai que tu veux des cookies » dit-elle à Jules, son petit voisin gourmand de 5 ans ; magique !

« Moi j’emmène le cake, et eux ils m’emmènent en rando »

Maryvonne

Des gâteaux comme des lingots… 

Bonne fée Maryvonne qui illumine depuis 10 ans les randos dans les montagnes du Haut-Giffre, avec ses petits soleils sucrés auxquels beaucoup ont pris goût 
« Les gens revenaient exprès après, cela a fait boule de neige !» dit-elle.
Depuis, elle cuisine 2 voire 3 cakes par jour ; et le gâteau aux pommes, c’est son trésor, qu’elle prend soin d’emballer et d’offrir dans du papier de soie, en or d’ailleurs. 
Chaque guide a sa préférence « son cake de Proust » comme elle dit : au pavot, à la châtaigne, aux myrtilles…
« Moi j’emmène le cake, et eux ils m’emmènent en rando. Et, Maryvonne, faut qu’elle suive ! » déclare la passionnée de montagne qui aime marcher en raquettes l’hiver jusqu’à La Bourgeoise du côté de Joux Plane, ou au Plateau de Loëx, et dans le Cirque du Fer-à-Cheval l’été ; quand elle n’est pas avec sa fille Marie-Hélène sur les hauteurs de Six-Fer-à-Cheval en train de guetter la sortie de nid du Gypaète barbu, le rapace des montagnes, « son Gypa » comme elle aime le nommer, auquel elle voue un amour inconditionnel.  Elle y retrouve aussi Frank Miramand, gardien de la Réserve Naturelle de Sixt-Fer-à-Cheval/Passy, l’un de ses chouchous qu’elle régale aussi.
« Parce que offrir un peu de bonheur c’est bien cela qui me met du baume au cœur ! » conclue-t-elle.
Et si c’était cela la recette du bonheur ?